Émotions et raison, le couple gagnant!

Artcile rédigé pour IIRHD

Dans notre société actuelle, il est communément admis que la passion est l’ennemi de la raison (Descartes, 1649). La passion est d’ailleurs définie comme un état affectif, une forte émotion « irraisonnée » dominant la personne.

L’inconscient collectif a fini par faire un raccourci et opérer une dichotomie entre, d’une part, la raison, et d’autre part, les émotions ; certaines étant même mis au pilori comme la colère, la tristesse, ou encore la peur.

Mais qu’en est-il réellement ?

Les recherches de Damasio (1994, 2010) sont extrêmement éclairantes sur le sujet qui nous occupe.

Dans son livre « l’erreur de Descartes » (1994), l’auteur met au contraire en évidence le fait que, sans nos émotions, nos raisonnements sont biaisés et nous pouvons en arriver à prendre des décisions absurdes.

La capacité à exprimer et ressentir les émotions serait même indispensable afin de mettre en place des comportements rationnels.

La théorie des marqueurs somatiques nous montre, à ce sujet, que chaque stimulus est associé à une réponse émotionnelle (et/ou sensitive) puis enregistré dans le cortex préfrontal. Ce marqueur somatique conditionne la prise de décision lorsque l’individu est confronté à un stimulus similaire.

Damasio (1994) en conclut que “les marqueurs somatiques accroissent donc probablement la précision et l’efficacité du processus de prise de décision” (Damasio,1994).

Raison et émotions seraient donc finalement intrinsèquement liées.

Nos émotions nous servent de boussole afin d’orienter au mieux nos décisions. Elles ne sont ni bonnes ni mauvaises en soi. C’est la façon dont nous allons les comprendre et les gérer qui sera fondamentale. Si nous n’écoutons pas notre boussole, le risque n’est-il finalement pas de se perdre ?

Rébecca Saintes
Psychologue clinicienne
__________________________________________________________________________________
Source :
Damasio A.(1994). L’erreur de Descartes : La raison des émotions. Editions Odile Jacob.
Damasio A. (2010). Self Comes to Mind: Constructing the Conscious Brain. Editions Pantheon.
Decartes (1990). Les passions de l’âme. Editions Le Livre de Poche.

Ce contenu a été publié dans psychologie, publications, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *